Vendredi 29 Juin

Chahrit : 07h00

Allumage: de 20h18 à 20h25

Chir Hachirim : 19h15

Minha : 19h30

Arvit : suivi

Samedi 30 Juin

Cours : 07h00

Chahrit : 08h45

Cours Dames : 18h00

Cours Hommes : 20h15

Minha  : 21h15

Arvit  : 23h00

Fin de Chabbat : 23h04

 

• Fulfilling Mitzvot With Your Entire Being
• The Strength of the Children of Israel Resides in their Unity
• G d’s Righteousness in the Face of Balak and Bilam’s Wickedness
• “How Beautiful Are Your Tents, O Jacob, Your Dwelling Places, O Israel!”

Rabbi David Hanania Pinto

"You shall not curse the people because they are blessed" (Bamidbar 22:12)

Chazal say that Bnei Yisrael never had such an enemy like Bilaam the rasha, who wanted to wipe out the Jews by cursing them and destroy them completely. But Hashem, through His great Mercy for us prevented him from his scheme, and Hashem placed so to speak, a muzzle over his mouth so that he should not be able to curse. When he realized that he could not curse them, he wanted to bless them, but Hashem told him that they did not need his blessings, "For they are blessed."  As the saying goes, "We say to the wasp, 'Neither your honey, nor your sting'" (Rashi).

And of course, even when he wanted to bless them, he did not mean to bless, but in his mind he meant to curse, and all the blessings he uttered were nothing but a curse to Bnei Yisrael, so therefore Hashem shut his mouth.

From where did Bilaam's deep hatred for the Jewish people stem from? Why did Bilaam so despise the Jews to the extent that he wanted to annihilate them?...

• La force de l'union et de la sainteté contre les nations du monde
• La haine des nations ou la crainte de la sainteté
• L'orgueil de Bil'am et la modestie des enfants d'Israël
• La négligence de l'étude de la Torah conduit à la débauche
• La souillure du péché arrive jusqu'au Ciel
• L'intégrité de Dieu contre la méchanceté de Balak et Bil'am
• La Torah protège des accusations portées contre nous
• Qu'elles sont belles tes tentes, ô Jacob... ou la force de la Torah
• La méchanceté de Balak et Bil'am ou l'extermination du corps et de l'âme

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est une obligation de se concentrer lors du premier verset du Chéma’, et si l’on ne s’est pas concentré dans ce verset, on ne s’est pas acquitté du devoir de lire le Chéma’.

Nous allons à présent expliquer comment agir lorsqu’on a lu le premier verset du Chéma’ et que l’on se rend compte ensuite que l’on ne s’est pas concentré correctement.

Nous pourrions dire apparemment que si l’on a lu le premier verset du Chéma’ sans concentration, on pourrait le relire immédiatement.

Cependant, il est enseigné dans la Guémara Bérah’ot (33b) :

Rabbi Zéra dit : Toute personne qui dit « Chéma’, Chéma’ » (c'est-à-dire « Chéma’ » du verset « Chéma’ Israël », et qui le reprend une nouvelle fois en disant « Chéma’ »), nous devons la faire taire...

Rabbi David Hanania Pinto

« Tu ne maudiras point ce peuple, car il est béni » (Bamidbar 22, 12)

Nos Sages affirment que les enfants d’Israёl n’avaient pas de plus grand ennemi que Bilam l’impie. Ce dernier chercha à les anéantir par ses malédictions, mais le Saint béni soit-Il, dans Sa grande bonté, les prit en pitié et lui tint la bride haute pour l’empêcher de les maudire. Lorsqu’il constata qu’il était incapable de les maudire, il voulut les bénir, mais l’Eternel lui signifia qu’ils n’avaient pas besoin de sa bénédiction, « car il est béni » – comme le dit le proverbe : « Je ne veux ni de ton miel, ni de ton dard ! » (Rachi)

Il va sans dire que même lorsqu’il voulut les bénir, son intention n’était pas de leur apporter la bénédiction, mais il espérait les maudire par ce biais ; aussi D.ieu ne lui en donna-t-Il pas le loisir.

Mais d’où provenait donc cette aversion profonde que Bilam éprouvait pour le peuple juif ? Pourquoi le haïssait-il au point de vouloir l’exterminer ?...