• Vendredi 23 Février

  Chahrit (Hodou)  07h00

  Allumage  18h06

  Minha  18h05

  Arvit   Suivi

• Samedi 24 Février

Cours  07h00

Chahrit  08h45

Cours  16h45

Minha  17h45

Arvit  19h10

Fin De Chabbat  19h14

• The Difference Between The First And Second Tablets
• The Power Of Beginnings
• A Jew’s Deepest Desire is to Fulfill His Creator’s Will
• Just To What Point Should Generosity Extend?
• The Influence of Moses on Every Generation
• The Torah is Acquired by Humility
• The Soul of Moses Spreads To Every Jew
• Material Garments for the Body, Spiritual Garments for the Soul

Rabbi David Hanania Pinto

"And you shall command the children of Israel, and they shall take to you pure olive oil, crushed for lighting, to kindle the lamps continually" (Shemot 27:20)

The Torah does not mention the name of Moshe Rabbeinu, a"h, in the entire parashah of Tetzaveh. The words of Chazal are well-known and brought in in the Zohar Hakadosh in Parashat Pinchas (246:1), that the reason is because at the time of the sin of the Golden Calf, when Moshe Rabbeinu approached Hashem to advocate for Bnei Yisrael, he said (Shemot 32:32), "And now, if You forgive their sin, but if not, erase me now from Your book, which You have written." Consequently, Moshe's name was dropped from at least one parashah, the parashah of Tetzaveh...

• La force des Bnei Israël par le mérite des Tsaddikim
• Le désir le plus profond d’un juif est de faire la volonté du Créateur
• La puissance des débuts
• L’influence de Moïse sur toutes les générations
• La Torah s’acquiert par l’humilité

La fête de Pourim diffère des autres fêtes juives, car pour toutes les autres fêtes, le devoir de se réjouir par un repas est en vigueur aussi bien le soir que la journée, alors que pour Pourim, il n’y a pas d’obligation de faire un repas le soir, mais seulement en journée.

Malgré tout, certains de nos maîtres les Richonim écrivent qu’il y a une Mitsva de faire un repas même le soir, comme nous le faisons pour toutes les fêtes. Telle est l’opinion des Guéonim. Cependant, sur le plan pratique, le devoir de faire un repas à Pourim est essentiellement en journée. Si l’on a fait un repas seulement le soir, on n’est pas quitte de son devoir du repas de Pourim, comme il est dit : « des jours » de festin et de joie. A partir de là, nous savons qu’il faut faire un repas en journée.

Lors de ce repas, il faut s’efforcer de le faire dans un endroit éclairé et de se réjouir de la Mitsva, par des paroles de Torah, et que chacun se réjouisse de ce que lui a donné Hashem, ainsi que du fait qu’Hashem nous a séparé de ceux qui s’égarent, en nous donnant une Torah de vérité, remplie de lois bonnes et justes qui nous mèneront au Monde Futur.

Puisque nous avons parlé de la Mitsva de faire un repas en journée pour Pourim, nous citerons au passage une anecdote au sujet de Rabbi Yéhonatan AÏVCHITZ z.ts.l qui fut questionné un jour par un prince non juif :...

Rabbi David Hanania Pinto

« Et toi, tu ordonneras aux enfants d’Israël de prendre pour toi une huile pure d’olives pilées, pour le luminaire, afin d’alimenter les lampes en permanence. » (Chémot 27, 20)

Tout au long de la section de Tetsavé, le nom de notre maître Moché n’a pas été mentionné. Les célèbres paroles que nos Sages ont exprimées à ce sujet sont rapportées par le saint Zohar (Pin’has 246, 1) en ces termes : la raison de cette omission est que, suite au péché du veau d’or, Moché a voulu défendre les enfants d’Israël auprès de l’Éternel en déclarant : « Et maintenant, si Tu pardonnais leur faute… ! Sinon, efface-moi de Ton livre que Tu as écrit » (Chémot 32, 32). C’est pourquoi le nom de Moché n’apparaît pas tout au moins dans une section de la Torah, celle de Tetsavé...