Index Halakhot Index Halakhot

Allumage de H’anouka à la sortie de Shabbat

A la sortie du Shabbat H’anouka, à la synagogue, (après la prière de ‘Arvit), on allume d’abord les Nerot de H’anouka, et ensuite, on récite la Havdala, afin de « concrétiser la sortie de Shabbat » le plus tard possible.

Même si de toutes façons, la personne désignée pour allumer H’anouka à la synagogue, va « se défaire de la sainteté de Shabbat » par l’acte de l’allumage, cependant, l’assemblée, quand à elle, reste quelques instants de plus dans la sainteté de Shabbbat, jusqu’au moment de la Havdala.

Qui plus est, en procédant d’abord à l’allumage de H’anouka à la synagogue, on « divulgue » d’avantage le Miracle, car si l’on procède d’abord à la Havdala, la majorité des fidèles quitterait la synagogue avant même que l’on ai allumer les Nerot de H’anouka.

Par contre, à la maison, puisque de toutes façons, on « se défait de la sainteté du Shabbat » par l’acte de l’allumage, on procède d’abord à la Havdala, et ensuite on allume les Nerot de H’anouka, en raison du principe de TADIR VESHEENO TADIR : TADIR KODEM = Lorsque se présentent 2 Mitsvot au même moment ; l’une plus fréquente que l’autre : la priorité revient à la plus fréquente.

De nombreuses et consciencieuses personnes observent durant toute l’année, l’heure de sortie de Shabbat selon l’opinion de Rabbenou Tam, et s’imposent de n’effectuer aucune activité interdite jusqu’à l’horaire correspondant à l’opinion de Rabbenou Tam.

A la sortie de Shabbat, pendant H’anouka, ces personnes doivent également attendre cet horaire pour allumer les Nerot de H’anouka, car le fait d’observer l’heure de sortie de Shabbat selon Rabbenou Tam, n’est pas seulement une « bonne tradition », mais une attitude qu’il est souhaitable pour chacun et chacune d’adopter, puisque MARAN tranche dans le Shoulh’an ‘Arouh’ selon Rabbenou Tam pour l’heure de la tombée de la nuit.

Il est interdit de réciter la Berah’a de Boré Méoré Haesh (la Berah’a sur les flammes dans la Havdala) sur les Nerot de H’anouka (par exemple, à la synagogue où nous procédons d’abord à l’allumage de H’anouka et ensuite à la Havdala, ou à la maison, si par erreur, on a procéder d’abord à l’allumage de H’anouka).

En effet, il est interdit de tirer profit de la lumière de H’anouka, et nous ne récitons la Berah’a de Boré Méoré Haesh que sur une lumière de laquelle on profite.

Par contre, il est permis de réciter la Berahea de Boré Méoré Haesh sur le « Shamash » qui ne possède pas du tout la sainteté des Nerot de H’anouka.

Concernant l’allumage des Nerot de H’anouka au moyen d’une lumière électrique, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Zatsal écrit que l’on ne peut pas s’acquitter de l’obligation de l’allumage des Nerot de H’anouka avec une lumière électrique, car une telle lumière ne comporte ni huile, ni mèche. Or, le Miracle que nous commémorons s’est produit avec de l’huile qui a suffit miraculeusement durant 8 jours.

Par conséquent, il est permis d’utiliser des lampes à pétrole ou de l’huile de paraphine ou autre, car il reste une similitude entre ces moyens d’allumage et le Miracle avec l’huile d’olive. Ce qui n’est pas le cas pour une lumière électrique. D’autres arguments viennent interdire l’utilisation d’une lumière électrique pour l’allumage de H’anouka.

Toutefois, notre maître le Rav Chlita écrit que dans un cas de force majeure, où l’on ne peut se procurer ni huile, ni bougies, on peut allumer avec une lumière électrique mais sans réciter de Berah’ot, et en veillant à placer cette lumière électrique à un endroit qui n’est pas sa place durant toute l’année, afin qu’il soit distinct qu’elle a été allumé pour H’anouka.

Il faut impérativement réciter la Berah’a de Boré Méoré Haesh de la Havdala sur une véritable bougie avec une flamme découverte, et il est donc interdit de réciter cette Berah’a sur une lumière électrique.

Pour les Nerot de Shabbat, le Din diffère légèrement, et nous l’expliquerons à une autre occasion

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan